Déménagement

Du coup que je folâtre depuis près de 2 mois sur les blogs de pmettes, force m’a été de constater que certains blog sont plus pratiques que d’autres.

Par exemple je sais qu’il n’y pas de système d’abonnement avec un blog.fr (ou alors j’ai toujours pas trouvé comment c’est possible) j’ai donc décidée de migrer sur wordpress qui me semble être la plateforme la plus choisie.

Si vous êtes intéressé(e)s par la suite de mes « aventures » venez m’y retrouver.

A très vite…

 

Publié dans : Non classé | le 18 août, 2014 |Pas de Commentaires »

20 SA

Je vous rassure, je ne suis pas une PB qui se camoufle et qui vous avoue être à 20 SA, ni je n’ai fait un déni de grossesse. 20 SA c’est le stade de grossesse où en est ma sœur.

Lorsque j’ai fait la chronologie des événements pré-blog, je vous ai un peu parlé de mes sœurs. Des sœurs, j’en ai 3 : Sister USA, Juju1 et Juju2 (et oui lecteur, mes plus petites sœurs jumelles).

Juju1, s’est mariée en 2012 et a eu Neveu1 en janvier 2013. A l’époque, ça avait été très dur pour moi d’apprendre cette grossesse (grossesse en C1 alors que nous galérions déjà depuis 15 mois, et que c’était notre 1er cycle stimulé et donc Notre tour). Mais ça avait pas été une méga surprise (bien qu’on s’était dis qu’ils attendraient que ma sœur ait fini ses études et ait un taff, et bien non et depuis elle galère +++ pour en trouver un niark!). Cette grossesse avait pour moi été l’occasion de faire mon coming-out d’infertile auprès de ma chère famille. Tiens, d’ailleurs faut que je vous dise, cette annonce a été faite sans aucune mise en forme, par un message sur mon répondeur (en même temps tant mieux car ma 1ère réaction à été de chialer). A l’écho du 1er trimestre, une nuque un peu épaisse avait fait craindre un T21, je vous laisse imaginer comme j’ai culpabilisé de mes vilaines pensées post-annonce… J’ai donc arrêté de m’apitoyer sur mon sort, soutenue ma sœur pendant l’attente du résultat de l’amnio et on s’est même organiser pour que ce soit moi qui accouche ma sœur (qui finalement aura une césarienne mais c’est quand même moi qui ai récupéré bébé).

Juju2 n’a pour le moment pas de chéri donc rien à craindre de ce côté là, enfin sauf si elle fait comme sister USA…

Sister USA a toujours été la soeur dont je suis le plus proche, d’une part parce qu’on a que 18 mois d’écart, d’autre part parce que les jujus avaient une relation tellement fusionnelle qu’elles ne nous laissaient pas trop la place d’y entrer. Sister USA s’appelle ainsi parce qu’elle a décidé de partir chez l’oncle Sam un beau matin de janvier 2010 pour être jeune fille au pair dans une famille habitant l’état de NY. Elle s’y est tellement bien fait qu’après 2 ans au pair elle a enchaînée sur des études là bas, bien décidée à y rester.

Là bas elle avait rencontrer un premier jeune homme avec qui elle est pas rester très longtemps, et puis à l’occasion d’un skype après le nouvel an, cette année, elle me dis qu’elle a rencontré quelqu’un, qu’il lui plait et que peut être il pourrait se passer quelques choses. Et effectivement, fin février, ils se mettent en couple.

Parallèlement, après près de 2 ans sans la voir (avec chéri-chéri on est allé à NYC en septembre 2012), elle devait venir pour notre mariage fin septembre. Côté visa américain, elle était pas sûre de pouvoir repartir aux USA après mais elle était prête à prendre le risque, et à refaire toutes les démarches après s’il le fallait.

Mais DNLP allait en décidé autrement et sur un accident de préservatif la voilà enceinte de ce nouveau chéri. Après réflexion ils décident de le garder. Cette grossesse a été obtenue lors de mon premier cycle ovulatoire post-drilling (alors qu’encore une fois c’était Notre tour). Alors que ma sœur a des cycles très irréguliers (je la soupçonne d’être elle aussi OPK), encore plus que les miens. Et comme DNLP est dotée d’un humour hors du commun, la DDR de ma sœur n’est autre que le jour de mon anniversaire…

Bien sûr cherry on the cake, ma sœur ne vient pas au mariage, ils ne veulent pas prendre le risque qu’elle se retrouve coincée d’un côté de l’océan et le papa de l’autre. Je comprends même si égoïstement je trouve qu’ils n’ont pas suffisamment essayer de faire en sorte de venir.

Tout ça pour dire que comme pour Juju1, je ne veux pas me sentir exclue de la grossesse de Sister USA sous prétexte que DN est une GP. Je refuse de laisser cette co*** de DNLP abimer ma relation avec mes sœurs, j’essaye fermement d’empêcher son plan machiavélique qui consiste à me transformer en aigrie de la vie. Donc elle me raconte les RDV, m’envoie des photos hebdomadaires de son ventre qui pousse. On sait d’ailleurs depuis la semaine dernière que ça sera un p’tit gars (j’avais deviné!). Du coup comme disais Chéri-chéri on peut toujours faire la 1ère fille…

Mais hier quand j’ai reçu la photo des 20 SA, je n’ai pas pu m’empêcher que ça faisait déjà une demi-grossesse (depuis que nous sommes en essais, la grossesse est devenue mon unité de temps, je sais je suis bizarre en plus d’être maso). Et donc vive la torture de se dire que encore une grossesse entière allait se dérouler sans que je me fasse féconder le boule… Et donc retour de la tristesse et de la mélancolie alors que je pensais être parvenue à les éloigner.

Voilà je voulais juste vous raconter un peu my life d’infertile dans une famille d’hyper-fertile où à tous les « étages » personne n’a mis plus d’un C3 pour obtenir sa grossesse. Dur du coup pour tout c petit monde de comprendre ce que je vis et pourquoi c’est si dur au quotidien…

Publié dans : famille, MOI | le 13 août, 2014 |Pas de Commentaires »

Résignée

En ce C41, J21, je ne sais pas du tout où j’en suis de ce cycle. Il y a-t-il ovulation? Ou pas? Suis-je en DPO?

Bref ce cycle-ci je suis résignée.

Résignée à ce que mon corps n’en fasse qu’à sa « tête », résignée parce que je sais qu’une ovulation ne suffit pas. Résignée à ce que ce cycle n’en soit qu’un de plus.

J’ai lu chez choubakette que le drilling avait 50% de chance de réussite. Je suis résignée à être du mauvais côté des statistiques. Mais je me dis que peut être cela améliorera nos résultats en PMA.

Je suis résignée à repasser par la case PMA. Résignée à faire des IAC même si intérieurement je pense qu’elles ne fonctionneront pas et que je devrais repasser en FIV. Pour autant je ne peux pas me résigner à aller directement en FIV si on me me propose. Je veux pas imposer la FIV à mon corps en pensant que peut être une IAC suffirait.

Alors je suis résignée à passer par les IAC pour parvenir aux FIV pour peut être parvenir à un mini-nous.

Je suis résignée à renoncer pour la 2ème fois à un bébé couette.

Je suis résignée à ne pas avoir hérité de l’hyperfertilité de la famille. 

Je suis résignée à me marier l’utérus toujours aussi vide. Et même si du coup je pourrais profiter du super vin qu’on a choisit, j’aurai préférée un autre scénario…

Publié dans : MOI | le 9 août, 2014 |4 Commentaires »

Sans queue ni tête

Aujourd’hui j’ai décidé de juste vous donner quelques pensées en vrac. La journée d’hier m’en a levées quelques unes.

D’abord il y a eu la consult d’une patiente que je connaissais déjà de sa précédente grossesse. Une femme avec un parcours diffcile, une première grossesse qu’elle a du interrompre à 29 SA (environ 6 mois et demi) pour malformation, puis une seconde grossesse avec un accouchement prématuré à 33 SA (soit un peu plus de 7 mois), une petite Zoé qui heureusement va très bien maintenant. Ces grossesses ont été obtenues dans un contexte de FIV. Et la elle venait me voir pour des douleurs sur une troisième grossesse. Une grossesse obtenue naturellement, alors que les médecins lui avait dit qu’elle n’aurait plus d’enfant car plus de réserve ovarienne. Une grossesse « miraculeuse » comme celles qui peuplent les discours de « ceux qui veulent nous aider ». Sur ce cycle où je n’arrive pas à y croire, sur ce cycle où la mélancolie ne me quitte pas, j’ai eu l’impression d’une nouvelle blague de DNLP, genre c’est pas qu’elle sait pas faire des « miracles » c’est juste qu’elle en a pas trop envie pour moi (et pour celle dans l’attente comme vous). Bref un mélange très bizarre d’espoir (ça peut arriver) et de résignation (ça arrive que chez les autres…)

La deuxième consult qui m’a marquée hier c’est celle d’une patiente qui venait me voir après un diagnostic de grossesse arrêtée. Une grossesse arrêtée très tôt (6SA) chez une patiente jeune (18 ans) sans difficulté pour obtenir cette grossesse. Je pense qu’il y a encore 2 mois, je serai rester plus distante, plus accrochée à mes chiffres sur les fausses couches mais depuis j’ai trouvé les pmette, j’ai lu leur blog. J’ai donc pensé au ressenti de madame pimpin, de la fille, zapette, boule de mousse et bounty caramel. Et à ceux que j’avais pas encore lu mais dont je connaissais l’existence. J’ai donc pris le temps d’en parler, de ne pas nier qu’il y avait eu grossesse et donc projection. En le faisant j’ai senti mes larmes pas loin, pas tant par empathie pour cette patiente mais pour toutes celles (et ceux qui sont passé par là). J’ia l’audace de penser que cette conversation a pu lui faire du bien. Finalement j’ai l’impression que ce parcours, et les blogs que je viens de découvrir font de moi une meilleure sage-femme (faut bien essayer de voir du positif).

Dernière anecdote sur mon boulot, une des patientes de mon service récemment accouchée a mon âge. Vous me direz rien de surprenant que d’avoir un enfant à 28 ans. Oui mais c’est son cinquième d’une part (ça me renvoi encore plus à mon score : 0), et d’autre part, cet enfant a été conçu en parloir car le papa est en prison. C’est quand même fous de se dire que nous on a des rapports « calculés », fonction de l’ovulation alors qu’elle avec des rapports espacés, dans des conditions loin d’être romantique, et elle est parvenue à obtenir une grossesse! Bref encore une preuve que DN est une P et que plus tu es « cas soc’  » plus tu as de facilité à enfanter… (oui je sais cette dernière remarque est pas juste mais aujourd’hui j’ai pas envie d’être juste).

Dans les choses en vrac que j’avais envie d’écrire il y a aussi mon côté maso. Maso pourquoi me direz-vous? Maso d’avoir acceptée encore une journée avec mes copines pourvues d’enfants alors que ce cycle me met si minable d’un point de vue moral. Maso parce que pendant cette journée à la plage j’ai sauté dans les vagues avec ces petits, j’ai fait des châteaux de sable, j’ai donné à manger à la petite dernière que j’ai même cajolée et que j’ai calmée sur moi quand à cause de la fatigue elle pleurait. Maso parce que le soir je suis rentrée seule chez moi (chéri-chéri étant chez sa mère, il est allé acheter son costume pour la mariage). Maso parce que ce soir là, c’est encore en larme que je me suis endormie. Bref pour résumé ce paragraphe, je suis MASO.

Sinon, pour finir cette article sur une note un peu plus positive même si ça n’a rien à voir avec la PMA, dimanche j’ai rejoins ma mère chez ma grand-mère pour un essayage. Je pense pas vous l’avoir dit mais pour le mariage, c’est ma mère et ma grand mère qui font ma robe. Donc dimanche j’y suis allé pour un essayage. Elle est pas encore terminée, mais elle fait déjà « princesse », elle est comme je l’avais imaginée, rêvées. Chéri-chéri ayant lui aussi trouvé son costume, ça rend les choses tellement concrète et ça fait tellement de bien d’avoir un projet qu’on « maîtrise ».

Bonne journée à toutes, je retourne à mes lectures bloguestes, je n’ai pas encore fini de dévorer le blog de bounty

Publié dans : essai, MOI | le 5 août, 2014 |4 Commentaires »

C 41…

Lundi dernier, l’après-midi, avec mes copines du boulot on s’était prévu une petite journée autour de la piscine d’une d’entre nous, pour une « baby-shower ». S’inspirant légèrement du concept américain, quand une de nous (pour le moment surtout les autres) a accouchée, on se fait un petit goûter toutes ensembles pendant son congé mat. Donc j’y suis allée même si j’avais pas trop la forme, même si je savais que ça allait être dur, parce que je veux pas finir aigrie et aussi parce que je voulais pas rester seule avec moi même (meilleur moyen de broyer du noir). Et ça n’avait jamais été aussi dur jusque là de rester avec des enfants et des bébés autour de moi. Surtout qu’il y avait également une collègue enceinte dont l’annonce de grossesse m’avait bien soulée parce que je considère qu’elle la mérite moins que moi (son mari est un cas soc’ alcoolique…).

Bref, je me rends compte que l’échec de ce C40, alors que pour une fois on avait des « conditions idéales » m’a bien plus amochée que ce que je croyait mais niaise et maso que je suis, quand les copines me proposent d’aller aux « jeux gonflables » avec elles et les petits le mercredi je dis…oui…

Il s’avère, que c’était un piège et un EVJF surprise de la part de mes copines de boulot. C’était adorable de leur part mais je suis pas sûre qu’un parc plein d’enfants était l’endroit le plus adéquate (toutes sont au courant de ma situation, je précise). Les premiers sourires ont été très forcés. La semaine dernière (et celle qui commence j’ai l’impression) a été très dure, le moral plus que défaillant, les larmes toujours à un clignement de paupière, les sourires « faux » qui ne sont pas mon habitudes au delà de J3 persistent et s’installent. L’attention m’a touchée, et j’ai réussie à être plus détendue dans la soirée (quand il y avait plus d’enfant?!?), mais je n’étais vraiment pas comme d’habitude.

Ce week-end, nous devions nous rendre à un concert avec des très bon amis à nous. N’habitant pas à côté on dormait sur place, chez une de mes sœurs et même les petits bisous de mon neveu de 18 mois n’ont pas chassé les nuages de ma tête, les larmes de mes paupières et les idées noirs de mon cerveau torturé. C’était un bon moment mais avec un arrière-goût amer…

Encore ce matin, je me suis tapée une petite crise de larmes « sans » raison.

Le temps du jour semble s’être accordé à mon moral, d’après la météo il fera soleil d’ici la fin de semaine, j’espère qu’il en serra de même pour moi…

Publié dans : MOI | le 28 juillet, 2014 |2 Commentaires »

Stand up paddle

Je me doute que ce titre vous a intrigué, quel est le rapport entre le stand up puddle et l’infertilité.

Met bien voyez vous du stand up paddle j’en ai fais pendant que nous étions en vacances au pays basque. Et je peux donc vous affirmer que je ne suis pas douée du tout. Nous étions un groupe de 7 + le moniteur et j’ai du tomber plus de fois que tous les autres réunis (quoique chéri-cheri était pas mal non plus).

Au moment de remonter une énième fois sur cette planche, je me suis demandé pourquoi je continuais alors que ça se voyait bien que j’étais pas douée. Et puis j’ai décidé d’y voir une métaphore. Comme quoi oui pour moi (et pour chéri-chéri qui a pris quelques splash aussi) ça allait être plus long et plus compliqué, mais moi aussi je finirais par tenir sur cette planche.

J’ai donc persévéré, je suis remonté à chaque fois sur cette planche et à la fin j’ai réussi à y tenir 1/4 d’heure, en pagayant et sans tombé. Et ça c’était une victoire pour moi, certes c’était pas très longtemps mais j’étais tout de même parvenue à mon objectif. Et ça m’a reboosté le moral, redonner envie du croire que nous y arriverions à avoir ce bébé.

Puis J1 est arrivé…

Publié dans : essai, Non classé, nous | le 23 juillet, 2014 |Pas de Commentaires »

Ras-le-bol

Grâce au titre, vous vous doutez bien que je vais pas vous annoncer un +++ miraculeux.

Ras-le-bol parce que malgré la prise de progestérone, les spottings ont fait leur apparition dès que je suis arrivée en vacances, et pendant toute une semaine.

Ras-le-bol parce que toutes dans ma famille on a peine besoin d’une ovulation pour être enceinte et que moi j’ai pas héritée de ce gêne, et que ce cycle ci je me suis presque crue dans la peau d’une co*** de C1.

Ras-le-bol parce que je m’étais jurée de me protéger, de pas trop y croire, de rester stoïque mais qu’encore une fois je me suis crue aux pays des bisounours et encore une fois la chute m’a fait mal…

Ras-le-bol parce qu’hier (enfin avant-hier, de nouveau je vous écris pendant ma garde de nuit), j’ai accouchée une dame « grossesse FIV » que j’avais vu l’année dernière au mois d’avril ou de mai, avant qu’elle aille en FIV et que je m’étais dit que je serai probablement pas à son accouchement car en congé mater et résultat, non je n’étais pas en congé, même pas enceinte… Encore une qui a eu le temps de prendre le train et d’arriver à destination avant que je n’ai mon billet…

Ras-le-bol aussi parce que je me suis cassée une dent mais bon ça aucun rapport avec l’infertilité (go to le dentiste le 07/08)

Bref aujourd’hui c’est pas forcément la joie, entre la baisse de morale qui suit l’arrivée du J1, la sensation de ne jamais y arriver, le boulot qui m’aide pas à penser à autre chose ;)

J’ai juste un ras le bol général, ça ira mieux dans quelques jours quand je repasserai en mode traque de l’ovulation…

Avec chéri-chéri en attendant, nous avons décidé de : 

1-continuer à préparer le mariage (RDV pris avec la mairie le 01/08 pour déposer le dossier, ça se concrétise pour de bon…)

2-trouver un petit voyage à faire après le mariage, même si notre « vrai » voyage de noces on veut le faire en Asie, quand ce sera la période (en attendant on envisage Marrakech)

3-de reprendre le chemin de la PMA à la rentrée, RDV pris le 15/09 pour le spermo (le dernier sera trop « vieux » pour la PMA), avec le Pr Dédé pour le 23/09 (à ce moment je serai Mme) et enfin avec le biologiste le 26/09 parce que vu qu’on va probablement « redescendre » en IAC il faut le revoir. Je pense qu’on va demander à Pr Dédé de faire 3 IAC (d’affilée, sans pause dans l’idéale) pour rebasculer sur des FIV début 2015 en cas d’échec. (et oui prévoyons les scénarios catastrophes ça évitera les déconvenues…)

 

PS : Chéri-chéri et moi avons dévoré le petit fascicule de la fille, et il nous a beaucoup plu! J’ai d’ailleurs décidé de le prêter à ma mère qui me disait encore ce matin au tel que c’était dur de suivre et de comprendre ce que nous vivions.

 

 

Publié dans : Actions, essai, nous | le 22 juillet, 2014 |2 Commentaires »

Compte rendu RDV du 08/07

Tout d’abord bonne nouvelle, le guide de la fille est arrivée chez moi <3 <3<3!!!

Nous sommes allés voir le Pr Dédé mardi dernier (pour info j’étais à 4 DPO). Parce que j’en ai marre d’attendre, parce qu’avec mes spottings interminables je pensais que mes ovulations étaient pas de bonne qualité, parce que je devenais folle à y penser, pas objective et que je rendais chéri-chéri un peu fou aussi. Il m’a écoutée, rassurée, fait une petite écho endo (ça faisait longtemps, ça manquait presque… ou pas). Et pour lui il y avait tous les signes d’une ovulation.

Victoire, joie, et allégresse!

Bon je sais très bien que c’est pas gagné et qu’il faut aussi que fécondation il y est pour avoir grossesse mais déjà on était content et on avait bien fait nos devoirs ce we alors il y a plus qu’à… attendre. Il m’a quand même conseillé de prendre de la progestérone pour « soutenir » la phase lutéale, ça tombe bien, c’est ce que j’avais commencé, grâce à des reliquats d’utrogestan qu’n de mes nombreux échecs. Pour le moment c’est bien efficace.

Sinon ils nous a aussi dit que si pas de grossesse après l’été on repasserai en PMA si on voulait mais qu’on pouvait aussi attendre le début d’année prochaine (euh, merci mais non merci, attendre il y en a marre!). Il nous a d’abord parlé de reprendre des FIV, mais quand j’ai mis en avant mes ovaires « réparés », le spermo de chéri-chéri amélioré, il était ok pour dire qu’on pouvait d’abord essayer les IAC (ou comme dirait certaine sur leur blog les Yack) enfin si pas de grossesse (sur un malentendu de DNLP pourquoi pas…).

Bref toutes ses nouvelles nous on requinquées. Surtout qu’avant le RDV j’ai fais le premier essayage de ma robe de mariée avec ma mère et ma grand-mère, c’était que la robe brouillon (et on a déjà des idées pour améliorer le modèle) mais ça rend les choses plus concrète. Et derrière on s’est fait une soirée avec nos copains les zozos (surnom de nos meilleurs amis pas des zozos dans le sens spermatozoïdes!) avec petit concert des Artic Monkeys au top.

Je vous écris ce petit message depuis ma garde (ça devient un peu une habitude) et je suis contente parce que dans à peine plus de 2h je suis en vacances, pour 1 semaine. ça va nous faire un bien fou (et faire passer les dpo de ce cycle plus vite (rêve). En plus c’est une semaine de vacances tout frais payé par ma belle-mère! 

Enfin, je continue ma découverte des blogs de pmette, je viens d’entamer celui de boule de mousse.

Bref pour moi la semaine s’annonce farniente, lecture, progestérone, conceptio et homéo que je continue.

Aujourd’hui 8 DPO, ça se rapproche (mais pas très vite)

Bonnes vacances à celles qui le sont. Bon courage à celles qui le seront ensuite.

 

Publié dans : Actions, essai, lui, MOI, nous | le 12 juillet, 2014 |Pas de Commentaires »

Attente

Après quelques jours bien occupée où je n’ai rien posté (le mariage d’une amie, des gardes bien chargées, la lecture des différents blog de PMette, une ovulation à débusquer), je reprends le clavier pour vous mettre un petit article. A priori j’entre dans la 2ème partie du cycle (je dis bien à priori parce que connaissant mon fucking body…) Vu que c’est ma partie préférée du cycle (ironie inside) cela m’a insiré ce petit article…

 

Si je devais résumer ces 1222j (le compte est bon vous pouvez démarquer), en un seul mot ça serait celui-ci : attente!

Les premiers temps c’était attendre les signes d’une potentielle ovulation, puis attendre ( en espérant fortement qu’il ne vienne pas) le nouveau J1. Puis ça a été attendre les résultats du bilan, attendre le RDV avec le gyneco, attendre le résultats des nouveaux examens…

Puis attendre le traitement, attendre le résultat (et pendant ce temps perdre un peu de sa contenance, de sa fierté à force de se mettre à moitié à poil pour les échos). Attendre ma fin du cycle, être déçue, attendre le cycle de repos demander (mais pourquoi faire!). Attendre le RDV avec le biologiste, attendre le RDV avec le professeur, attendre la date de l’opération, attendre le compte rendu, attendre la décision d’un nouveau traitement, attendre les 6 mois de cycles naturels pour voir. Et du coup retour aux premiers temps attendre les signes d’une potentielle ovulation (et de faire virer ce put*** de test d’ovu de Claire la con***) et attendre de nouveaux ces 14j interminables de 2ème partie de cycle.

Bref ma vie depuis plus de 3 ans se résumé à attendre. Prochaine « échéance » demain, le RDV avec le Pr Dédé pour voir avec lui si on aiderait pas mes ovulations certes spontanées (hourra il y a un mieux!) mais de mer*** avec des spotting pendant 10j avant le J1.

Pour conclure, il y a une attente que je veux bien avoir, une pour laquelle je râlerai pas (encore qu’après tout ce temps ça va me sembler long), c’est l’attente d’un bébé!

PS : il y a une attente qui me dérange pas trop en ce moment, c’est celle du facteur qui doit bientôt mettre dans ma boîte au lettres le livre de la fille que j’ai gagné à son jeux concours hâte, hâte, hâte…

Publié dans : essai, MOI | le 7 juillet, 2014 |Pas de Commentaires »

Schizophrénie

Depuis que j’ai arrêté ma contraception et que j’attends, j’ai parfois l’impression de glisser tranquillement vers la schizophrénie.

En moi j’ai la sensation que se côtoie au moins 2 personnes différentes Dr Sage-femme et Mrs Essayeuse.

Je m’explique, à chaque décision médical, à chaque report/pause imposés

  • Une partie de moi  est rationnelle et qui comprends l’intérêt : le corps et la tête doivent se reposer, il y a une période de convalescence, il faut laisser du temps au temps (encore une expression bien sympathique). Il faut laisser la nature faire et repasser en cycle naturel au moins 6 mois… Là c’est mon côté sage-femme qui prend le dessus, celui qui « sait » qui a fait des études.
  • mais l’autre partie de moi est plus viscérale, elle veut pas attendre, elle trouve qu’on laisser assez de temps à cette con*** de DN. Cette partie là veut souvent rien entendre et agir de suite.

Alors en fonction des jours, du temps qu’il fait ou encore des annonces de grossesse autour de moi, l’une ou l’autre de mes personnalités gagnent.

Le plus compliqué, c’est que Mrs essayeuse est pas sensé venir bosser avec moi à la clinique mais parfois, tel un passager clandestin, tapie, je me rends compte qu’elle m’a suivi. Parfois elle reste sage, mais ça lui est difficile face à certaine situation.

L’autre jour Dr sage-femme était en forme et arrivait bien à gérer, à encadrer et à entourer une patiente venue pour une IVG médicamenteuse, tout à son travail elle pensait à ce couple qui se retrouvait devant ce choix et pour leur éviter une nouvelle fois cette souffrance on aborde le sujet de la contraception. Et là, la réponse de la patiente à fait poindre Mrs Essayeuse :

Dr SF : « et pour la contraception on fait quoi par la suite »

Patiente « bah, on en met pas, on est en désir d’enfant »

Dr SF : « euh, je crois que j’ai pas tout suivi… »

Patiente : « ben en fait on veut un enfant mais là c’est arrivé un peu trop vite, on préfèrerai dans 6 mois alors on fait une IVG, mais je vais pas reprendre la pilule lol »

Dr SF contenant très difficilement Mrs E : « je vous laisse et repasserai tout à l’heure pour vous dire quand vous pouvez partir »

Mrs E essayant d’échapper à Dr SF « laisse moi aller la claquer, elle le mérite… »

Parfois je laisserai bien Mrs E s’échapper dans la clinique…

 

Publié dans : MOI | le 23 juin, 2014 |4 Commentaires »
12

Blog du niveau intermédiaire |
Ghjiratoghju ; |
Madefrombrokenparts |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sentimentducoeur
| Dreffred
| Lubberly